Mes choix musicaux pour 2015

Ma liste de musique de l’année compte 69 albums. En la relisant, je me rends compte que plusieurs disques (pour la plupart dématérialisés) m’ont procuré de bons moments d’écoute, mais choisir les plus importants dans la liste s’est avéré plutôt facile. Ça en donne neuf. J’aurais bien pu en choisir un dixième, pour faire un « TOP 10! », mais voici l’essentiel de mes écoutes de 2015, en ordre alphabétique.

A swarm of the sun – The Rifts. Découverte de l’année. J’ai écouté The Rifts plus qu’aucun autre disque cet automne. Des rythmes répétitifs et obsédants à la My Dying Bride. Une instrumentation discrète, loin de l’extrême, un peu dans le style du Katatonia actuel.

Arcturus – Arcturian. Je ne m’attendais pas à entendre du nouveau matériel d’Arcturus. Si Sideshow symphonies avait été une déception (certains passages agressaient un peu l’oreille, pas d’une manière agréable), Arcturian capture l’essence de Arcturus : du métal cosmique et progressif, avec une dose de théâtralité et une touche d’électronique.

Code –Mut. Tout ce que j’aime du métal avant-gardiste dans un seul album. De l’innovation, de l’émotion, un peu de métal crounchant (mais pas une grosse dose), des excellents musiciens, des passages qui font frissonner. Le groupe Code a atteint sa maturité et c’est un plaisir intense d’écouter Mut.

DHG – A Umbra Omega. Supervillain Outcast est un de mes albums cultes. Brutal et innovant, avec une thématique de superhéros (ou plutôt de supervillains). Cette fois, à l’opposé du métal extrême over-the-top, DHG offre un métal avant-gardiste et extrême à la saveur introspective et contemplative.

Katatonia – Sanctitude. Encore un album de réinterprétations! Cette fois, c’est un live acoustique. Un peu dans la veine de Dethroned and uncrowned, mais live. Vivement du nouveau matériel!

My Dying Bride – Feel the misery. Comme l’indique le titre de l’album, la misère est palpable dans ce doom comme sait si bien le faire My Dying Bride. Les derniers disques étaient bons, mais celui-ci est un brin plus accrocheur (autant que du doom métal puisse être accrocheur).

Myrkur – M. Du black métal scandinave fait aux États-Unis. Ça sent bon la forêt et le métal noir. Ce disque ne fait pas l’unanimité, certains détestent, d’autres adorent. Ça me rappelle des sonorités de la fin des années ’90. J’aime ça.

Polichinel – Apocalypse en Ré Mineur. Le dernier album de Polichinel. Un peu plus rap, un peu moins indus. Toujours aussi authentique et trash. Polichinel est un des rares musiciens avec une démarche artistique intégrée. C’est un artiste qui m’a marqué au cours des dix dernières années. Il explique sa fin dans une entrevue sur http://www.verdammnis.com/interviews.php?id=119 et dans sa chanson Ryuk.

Wilderun – Sleep at the Edge of the Earth. Un des meilleurs albums de métal folklorique que j’ai entendu. C’était rafraichissant de découvrir cet album cet été, assis sur la terrasse, par mes hauts parleurs extérieurs tous neufs. Chaudement recommandé si vous êtes fans du genre, ou non.

Bienvenue en 2016!

Aucun commentaire:

Publier un commentaire