Mes choix musicaux pour 2015

Ma liste de musique de l’année compte 69 albums. En la relisant, je me rends compte que plusieurs disques (pour la plupart dématérialisés) m’ont procuré de bons moments d’écoute, mais choisir les plus importants dans la liste s’est avéré plutôt facile. Ça en donne neuf. J’aurais bien pu en choisir un dixième, pour faire un « TOP 10! », mais voici l’essentiel de mes écoutes de 2015, en ordre alphabétique.

A swarm of the sun – The Rifts. Découverte de l’année. J’ai écouté The Rifts plus qu’aucun autre disque cet automne. Des rythmes répétitifs et obsédants à la My Dying Bride. Une instrumentation discrète, loin de l’extrême, un peu dans le style du Katatonia actuel.

Arcturus – Arcturian. Je ne m’attendais pas à entendre du nouveau matériel d’Arcturus. Si Sideshow symphonies avait été une déception (certains passages agressaient un peu l’oreille, pas d’une manière agréable), Arcturian capture l’essence de Arcturus : du métal cosmique et progressif, avec une dose de théâtralité et une touche d’électronique.

Code –Mut. Tout ce que j’aime du métal avant-gardiste dans un seul album. De l’innovation, de l’émotion, un peu de métal crounchant (mais pas une grosse dose), des excellents musiciens, des passages qui font frissonner. Le groupe Code a atteint sa maturité et c’est un plaisir intense d’écouter Mut.

DHG – A Umbra Omega. Supervillain Outcast est un de mes albums cultes. Brutal et innovant, avec une thématique de superhéros (ou plutôt de supervillains). Cette fois, à l’opposé du métal extrême over-the-top, DHG offre un métal avant-gardiste et extrême à la saveur introspective et contemplative.

Katatonia – Sanctitude. Encore un album de réinterprétations! Cette fois, c’est un live acoustique. Un peu dans la veine de Dethroned and uncrowned, mais live. Vivement du nouveau matériel!

My Dying Bride – Feel the misery. Comme l’indique le titre de l’album, la misère est palpable dans ce doom comme sait si bien le faire My Dying Bride. Les derniers disques étaient bons, mais celui-ci est un brin plus accrocheur (autant que du doom métal puisse être accrocheur).

Myrkur – M. Du black métal scandinave fait aux États-Unis. Ça sent bon la forêt et le métal noir. Ce disque ne fait pas l’unanimité, certains détestent, d’autres adorent. Ça me rappelle des sonorités de la fin des années ’90. J’aime ça.

Polichinel – Apocalypse en Ré Mineur. Le dernier album de Polichinel. Un peu plus rap, un peu moins indus. Toujours aussi authentique et trash. Polichinel est un des rares musiciens avec une démarche artistique intégrée. C’est un artiste qui m’a marqué au cours des dix dernières années. Il explique sa fin dans une entrevue sur http://www.verdammnis.com/interviews.php?id=119 et dans sa chanson Ryuk.

Wilderun – Sleep at the Edge of the Earth. Un des meilleurs albums de métal folklorique que j’ai entendu. C’était rafraichissant de découvrir cet album cet été, assis sur la terrasse, par mes hauts parleurs extérieurs tous neufs. Chaudement recommandé si vous êtes fans du genre, ou non.

Bienvenue en 2016!

Éviscérer des écorchés - le pouvoir d'une infolettre

Si vous suivez un peu ce qu'on fait à La Maison des viscères, vous avez sans doute entendu parler de notre nouvelle anthologie : Écorché. Je ne répète pas toutes les info ici, vous n'avez qu'à visiter la page du livre pour plus de détails.

Le livre a été publié officiellement la semaine dernière, quand j'ai envoyé les exemplaires numériques aux lecteurs qui avaient précommandé. Le plus grand succès de cette prévente est que la moitié des gens qui ont participé étaient de nouveaux lecteurs. Oui, oui! Pas des amis, des auteurs ou des gens qu'on rencontre au congrès Boréal. De nouvelles personnes qui connaissent La Maison des viscères depuis peu de temps.

Tout ça grâce à Éviscération.

En faisant grandir notre infolettre, on a pu présenter notre message à plus de gens. Au fil des mois, l'audience de Éviscération a grossi. De 24 personnes en juillet, l'infolettre avait 228 membres lors du lancement de la prévente de Écorché, début octobre. Et à la fin du mois, j'ai envoyé le 5e courriel de la prévente à 275 fans d'horreur.


Cependant, je n'étais pas certain du nombre de courriels à envoyer pour la prévente. J'avais beaucoup de choses à dire, mais je ne voulais pas spammer Éviscération!  Juste répéter la même info dans chaque message comme le suggèrent certains markéteurs, en changeant de ton chaque fois, me semblait un peu plate pour les lecteurs. Alors j'ai fait la liste de l'information importante (et intéressante) à transmettre. J'ai pensé que le mieux serait de laisser la parole aux auteurs. Voici la liste des courriels envoyés (cliquez pour voir le courriel).

  1. Annonce de la prévente, avec le lien vers la page de la prévente.
  2. Pierre-Luc Lafrance parle de Ce n'est pas un conte de fées.
  3. Jonathan Reynolds parle de Rydia avec un « L ».
  4. Ariane Gélinas parle de La frontière dorée.
  5. Lien vers un PDF d'extraits du livre.
Tout au long de la campagne, le taux d'ouverture des messages était autour de 30-35%. Ce n'est pas la mer à boire, mais ce n'est pas si pire non plus. Il ne faut pas oublier qu'une partie des ouvertures de courriels ne peut pas être mesurée, car certaines configurations ont des paramètres de sécurité plus stricts (qui empèchent de suivre l'ouverture des messages, entre autres). Nonobstant cela, je crois que si plus de temps s'était écoulé entre le lancement d'Éviscération et celui de Écorché, le taux aurait été meilleur. Plusieurs personnes n'ont reçu qu'une (ou peut-être aucune!) livraison de l'infolettre régulière. Ils n'ont pas encore appris à connaitre La Maison des viscères, ses collaborateurs et sa passion pour l'horreur. Et pour les nouveaux membres, ils ont quand même reçu plusieurs courriels dans un court laps de temps, si on ajoute les quatre courriels de bienvenue qui s'échelonnent sur une semaine.

C'est étrange, mais il y a un message que tous ces markéteurs qui veulent nous apprendre à faire du markéting par courriel ne nous expliquent pas (sauf peut-être des gens comme Seth Godin ou Mitch Joel, mais je critique surtout ceux qui veulent nous vendre des formations sur le web). Développer une audience réceptive est un travail de longue haleine. Au fil des mois, à force de proposer du contenu intéressant à nos lecteurs, ils deviennent de plus en plus intéressés à ce qu'on a à dire (si ce qu'on dit est intéressant, cela va sans dire!). Et c'est encore mieux si on réussit à amorcer le dialogue. C'est l'approche que j'ai choisie pour La Maison des viscères. J'y vais toujours un peu par essai et erreur, mais j'espère que les gens qui choisissent de s'intéresser à notre vision de l'horreur vont apprécier!



Pour Éviscération, nous utilisons Mailchimp. Si vous créez votre compte en utilisant ce lien, vous obtiendrez un bonus de 30$ de crédit si vous migrez vers un compte payant (et Éviscération aussi recevra 30$!). Mailchimp est gratuit pour les listes de moins de 2000 membres, mais certaines fonctionnalités comme l'automatisation nécessitent un compte payant. Je vais vous parler de cela plus en détail dans un prochain article.