Jardin de chair, l'illustration


« On a tous un jardin secret. Et ça fait parfois du bien de le saccager »

Le jardin de Christabel en est un de mort,
où chaque joie est engraissée par des cadavres
et où toute vie s’enracine dans la solitude.

Plus de détails bientôt sur www.sixbrumes.com.

The Five, de Robert McCammon

Il y a des livres qu'on découvre par hasard dans les rayons d'une librairie, qui nous emportent dans une histoire prenante et qui viennent nous chercher encore plus profondément. The Five a été pour moi un de ces livres. Je me suis fait attraper au vol par le nom de l'auteur, que je ne m'étais jamais donné la peine de lire, puis par l'illustration de couverture et finalement par la première phrase.
"Nomad decided he would have to kill the waitress."
De prime abord, l'histoire n'est pourtant pas si originale. The Five, un groupe rock, amorce sa dernière tournée, qui tourne mal quand un vétéran de la guerre en Irak, un snipper, décide de les éliminer.

Mais c'est bien plus qu'il simple thriller. C'est l'histoire de personnages vivants et humains qui poursuivent leur passion alors même que la mort est à leurs trousses. D'artistes qui tentent malgré les pressions de l'industrie et les dangers de leur situation de vivre selon leurs valeurs et de mener a bien leur dernier projet commun, composer une ultime chanson. À cela s'ajoute une couche de métaphysique subtile et bien menée, une réflexion sur la guerre et l'état dans laquelle elle laisse les soldats, l'importance de la créativité et du sens du devoir, la force d'être fidèle à ses valeurs, la puissance de la musique.

Et refermer le cercle par un petit geste magistral.

Une oeuvre impressionnante. Je ne saurais trop recommander The Five de Robert McCammon.

Au supermarché...

... la caissière me dévisage.

- Est-ce qu'on s'est déjà vu?
- Ben, à l'épicerie...

C'est pas la première fois que je passe à sa caisse.

- Non, mais ailleurs. Est-ce que vous avez passé à la télé?
- Légendes Urbaines?
- C'est ça! Je l'ai écouté hier!

Une drôle de sensation. Ça vous plaque une sourire dans le visage.

 On dirait que j'ai une face mémorable...

Les trois épisodes auxquels j'ai participé :

Épisode 4 : La vengeance des revenants. (voir l'épisode)
Épisode 6 : Pouvoirs méconnus
Épisode 9 : Contacts d'un autre monde

Théorème éphémère d'un chou-fleur décadent près de l'océan

Les lectures s'enfilent les une après les autres, mais je prends rarement le temps de les commenter. Voici ce que j'ai pensé de quelques livres que j'ai lus au cours des derniers mois.

Les plantes de Germain Tzaricot pourrissent et son coeur se transforme en chou-fleur. Un étrange mélange entre Amélie nothomb et Jean-Jacques Pelletier, avec une touche de l'humour de Patrick Senécal. Le phyto-analyste, de Bertrand Busson, publié au Marchand de feuilles.

Comment se passe la recherche en mathématique? Je m'imaginais des calculs précis et une rigueur à toute épreuve. C'est en effet essentiel, mais à la toute fin de l'élaboration d'un théorème. Tout commence pas l'intuition et l'imagination du mathématicien. Théorème vivant de Cédric Villani, chercheur en mathématiques, est une fascinante incursion dans le monde des mathématiques. Dommage que mon travail scientifique ne puisse s'amalgamer au sien; Villani semble un collaborateur fantastique.

Le récital des décadents de David Hébert s'avère un excellent premier roman, une histoire venant me chercher par les sentiments. On dirait qu'Ariane Gélinas et Natasha Beaulieu se sont accouplées pour former un hybride né avec le Marquis de Sade comme fée marraine. Une lecture à ne pas manquer pour les amateurs des trois auteurs cités.

Le Sabbath des éphémères est le premier recueil de nouvelles d'Ariane Gélinas, publié chez Les Six Brumes. On y retrouve la vision singulière d'Ariane. J'ai particulièrement aimé la nouvelle "L'envers du Labyrinthe", qui rappelle philosophiquement l'univers de Hellraiser. Après cette lecture, j'ai l'impression qu'il ne manque à Ariane Gélinas qu'un petit quelque chose pour atteindre le niveau d'un auteur comme Neil Gaiman. Mais comme Gaiman n'a, en mon sens, atteint ce niveau que récemment (à partir en Anansi Boys), je veux bien lui laisser le temps!

Parlant de Gaiman, son roman The ocean at the end of the lane est mon coup de coeur de l'année. C'est un roman fantastique mais j'ai surtout eu l'impression de lire un roman universel, quelque chose d'unique et de magique qu'on ne rencontre pas souvent. Chaudement recommandé pour tous. Un livre que je relirai plus d'une fois.

La scène gore de l'année? L'île aux naufrages de Ariane Gélinas, page 103.

Mention honorable à John Everson, dont le roman Violet Eyes, même s'il n'est pas très bon, tellement que je ne l'ai toujours pas fini, propose la scène la plus dégoûtante, excitante et drôle que j'ai lue depuis longtemps: une éjaculation d'araignées! Exécution magistrale!

Légendes urbaines

En novembre 2012, j'ai visité un ancien bordel du Vieux-Port de Montréal. Un bâtiment décrépit, au seuil de la ruine et sans doute infesté de rats et de moisissures. On dit aussi que le building était hanté. Des fantômes de péripatéticiennes, on fait pire en fait de spectre!

Au quatrième étage, il y avait un mini-studio, avec une belle grosse caméra dernier cri. Et devant la caméra, il y avait moi-même, qui commentait des légendes urbaines. Références littéraires, cinématographiques, scientifiques, opinions personnelles, fabulations. C'était une expérience fantastique de tourner pour trois épisodes de la quatrième saison de Légendes Urbaines.

La nouvelle saison de l'émission Légendes Urbaines sera diffusée à Canal D dès le jeudi 9 janvier à 19h00. Le premier épisode porte sur la Science-Fiction.

Programmez votre magnétoscope!

Top 5 musical 2013, métal et weird

Dans ma playlist de 2013, il y avait 61 albums. Pourtant, ça a été facile de sortir un top 5. Voici :

1. The Spider Hole, Royal Spend

Cinq ans après le fantastique Vainglorious, The Spider Hole récidive avec Royal Spend, encore une fois un heureux mélange, de rock, de boogie, de goth, de déprime, d'humour et d'ironie. Si vous en avez entendu parler, c'est probablement de ma bouche. Sinon, allez découvrir ce groupe immédiatement.

2. Watain, The wild hunt

Comme il a tourné cet album! C'est surtout de la faute de la chanson "They rode on", une méga balade de la mort (ma toune de l'année). Quand un groupe de black métal crasseux décide de faire une balade, ça a du power en steind'beu. Et l'histoire racontée par cette chanson est une excellente histoire d'horreur. Mais il n'y a pas que ça sur cet album, une sublime alternance de violence extrême et de lenteur, le tout enveloppé dans un intense voile de ténèbres.

3 . Avatarium, Avatarium

Une surprise! De la musique qui sonne comme du vieux Black Sabbath, mais avec, à la voix, une femme à la voix sublime. Les paroles sont à la limite du cute, mais elles sont bien écrites et ça rachète magnifiquement la chose. À mettre dans toutes les oreilles.

4. Vulture Industries, The Tower

Un gros feeling steampunk sur cet album de métal/rock avant-gardiste. Une belle évolution pour ce groupe qui se démarque avec ce nouvel opus. Le son de ce nouvel album n'est pas si loin de The Spider Hole, en plus lourd. "You know the dead won't mind..."

5. Regarde les hommes tomber, Regarde les hommes tomber

Le label français Les acteurs de l'ombre a fessé fort cette année avec les nouveaux Pensées nocturnes (le très particulier et victorien Nom d'une pipe!) et Way to end (le très sombre Various shades of black), mais c'est Regarde les hommes tomber qui m'a le plus marqué. Sombre, lourd. Un plaisir noir à la frontière du doom et du black.

Une belle liste éclectique! J'aurai sûrement autre chose à dire sur la musique de 2013 d'ici quelque temps...

Restant de 2013

Québec, quelque part en 2013...

Rêvé à une gardienne cannibale.

Ou plutôt à une gardienne qui gardait des cannibales dans son sous-sol et leur servait aussi les parents des enfants quant ils venaient les chercher.

Avec effets spéciaux de série B en bonus.

Et exhumation de cadavres à moitié bouffés.

Tout ça en 9 minutes, entre deux sonneries de cadran.

1er janvier 2014

En voulant écrire un mot de nouvel an, j'ai découvert ce début de billet que je croyais avoir posté (en fait, je crois que je l'avais posté sur Facebook).

Alors sur ce restant de 2013, je vous souhaite une excellente nouvelle année! Si, comme moi, vous avez eu une année de MARDE, je vous en souhaite une zen et smooth. Parce qu'après le pot devraient venir les fleurs. Fuck, ça part mal l'année, je parles de fleurs... Pis après ça j'vais vous souhaiter du bonheur dans votre coeur dans votre vie en couleur. Et que votre gore reste dans votre corps!

Happy Halloween, babey

Les corbeaux se sont posés sur mon gazon il y a quelques semaines déjà, fidèles augures de l'horreur à venir. L'araignée géante s'est nichée près de la porte d'entrée, affamée.
« As-tu peur des fantômes de sous-sol? Sont pas dangereux. Prends la boîte de gâteaux. On va aller les voir. »
Pour vous, j'ai libéré mes Fantômes de sous-sol. Et ce même lien permet d'apprendre quelques détails sur le prochain livre de La Maison des viscèces et sur mon roman Jardin de chair.

Et puis Black #1, l'hymne de ce jour sombre et glorieux.

Hijack de flux RSS via Feedly

Je pensais que j'avais pogné un virus. Le genre de chose qu'on attrape en visitant des sites sur les horoscopes de bébé et les noeuds papillon. Bref, dès que je me connectais sur Feedly, je voyais brièvement mon fil et j'étais redirigé vers un site qui voulait me vendre une ceinture pour ranger mes pistolets westerns ou des couteaux suisses.

Test la machine avec au moins 5 antivirus/spyware et autres. Rien.

Ouvre la page de Feedly. Après quelques minutes, je réussis à l'ouvrir sans redirection en cliquant stop et je réalise qu'un flux que je suivais, et qui n'avait rien publié depuis longtemps, faisait la promotion de couteaux Suisses et de ceintures pour ranger mes pistolets westerns. Aucune mention de tournevis sonique par contre.

Comment j'ai réglé le problème ? Au lieu d'ouvrir le lien cloud.feedly.com#latest, j'ai utilisé cloud.feedly.com#home, qui n'affiche pas les derniers messages publiés. À partir de là, j'ai pu me désabonner du flux piraté.

Et hop, c'est réglé.

Quelqu'un a déjà entendu parler de ce problème ?

Horreur, musique, patates et pneumonie

Après un hiatus de près d'un an et demi, je viens de mettre à jour ma liste des livres d'horreur québécois. Je sais que j'ai laissé passer quelques publications, alors n'hésitez pas à me ramener à l'ordre!

Ceux qui s'intéressent au pneumocoque et au diagnostic moléculaire peuvent consulter mon  plus récent article, publié dans PLoS ONE, une revue scientifique à accès libre.

Aussi, ma critique de l'album Profane de Svart Crown est maintenant disponible pour les abonnés de Sinistre Magazine.

Pour finir, voici deux brefs commentaires de lecture sur des publications récentes.

La maîtresse des ombres, de Mathieu Fortin.

En quoi Mathieu Fortin excelle-t-il? Dans les scènes d'action. Et il y en a en masse dans son dernier Clown Vengeur. Un plaisir à lire. Un court roman plein de rebondissements et de magouilles. Recommandé.

Le seul point négatif (et il n'est pas de la faute de l'auteur): il y a plusieurs erreurs typographiques dans le texte, des erreurs qui montrent qu'une correction d'épreuves approfondie n'a pas été faite. C'est dommage, car ça fait perdre de la crédibilité à la collection.

McPhas 3 - Ce qui crame dans la friteuse reste dans la friteuse, de Patate Senécal.

Ben non, c't'une joke, une bonne joke de patate!

...
...

Ok, vous avez assez ri, la vraie critique maintenant.

Malphas 3 - Ce qui se passe dans la cave, reste dans la cave, de Patrick Senécal.

Pas mauvais, mais j'ai l'impression que la série a été mal conçue. On apprend beaucoup de choses dans ce livre, et on a quand même un peu de plaisir, mais il ne se passe pas grand-chose au fond. La mythologie de Malphas grandit, mais le livre est pauvre en rebondissements. Écrire la même histoire sur 350 pages au lieu de 550 aurait été excellent.

Sur ce, je m'en vais profiter de cette belle journée d'automne! A+!