Marvel Heroes 2015 - Trop de MMO (1/4)

Il y a trop, beaucoup trop de jeux multijoueurs en ligne! Même en considérant seulement mes quatre jeux favoris, dont je vous parlerai au cours des prochaines semaines, j'ai à peine le temps d'effleurer la surface. Au moins, les vacances sont là pour aider.

Pendant ce dernier temps des fêtes, j'ai dû me laisser aller à un bon 20 heures de jeu sur Marvel Heroes 2015. Comme j'aime l'aura de Chaos de Scarlet Witch! Marcher à travers les hordes de sbires insignifiants et les voir crever tous autant qu'ils sont sans avoir à lever le petit doigt. Quel plaisir! J'avais essayé le jeu l'année dernière, sans vraiment y accrocher. Je l'avais perçu comme un clone un peu vide de Diablo (avec des superhéros). Cependant, avec leur nouvelle version, je suis devenu addict.

L'intérêt, ce n'est pas la mission principale et l'histoire, qui m'ont bien vite lassé. Ce sont plutôt les zones comme le Midtown, une zone d'action constante où on combat attaque après attaque de supervilains. Un tantinet abrutissant, mais c'est une joie d'y jouer. De même, défendre le Manoir des X-men est très divertissant. Autre point positif, pour le jeu, les différents héros que j'ai utilisés (Scarlet Witch, X-23 et Black Widow) ont un gameplay très différent. Le principal bémol est le prix des héros est des costumes, qui sont assez chers. D'un autre côté, le jeu est gratuit et on peut se procurer des héros gratuitement en accumulant des Brins d'éternité (pas la revue, mais plutôt des Eternity splinters).

Si vous aimez les héros Marvel et que vous assez du temps à tuer, ça vaut la peine d'essayer Marvel Heroes 2015.

Retour sur 2014 - 25 albums de métal en rafale

Tel que promis, voici 25 critiques rapides d'albums métal sortis en 2014. Ce n'est pas un top, rien n'est dans l'ordre. Il y a de l'excellent, du bon et du moins bon. Avec un peu de chance, vous découvrirez deux ou trois trucs.

Aenaon - Extance. Un de mes albums de métal avant-garde préférés cette année. Très bons passages de piano. Il a failli se retrouver dans le top 3.

Narrow House - Thanathonaut. Doom au son plutôt unique. L’un des albums les plus surprenants que j’ai entendus cette année.

Lord Mantis - Death Mask. Un death/black crasseux et malsain, avec un beat d’enfer. À l’image du shemale putréfié de la couverture. Coeurs sensibles s’abstenir.

Anathema - Distant Satellites. Dégoulinant d’émotions. Nom d’un chien. Autant c’est de la bonne musique, autant je m’écoeure vite tellement c’est emo.

Novembers Doom - Bled White. Un album doom de qualité comme le groupe nous y a habitué. J’ai particulièrement aimé l’approche directe du death de certaines chansons.

Wolves in the throne room - Celestite. D’un ennui mortel.

Pallbearer - Foundations of burden. Ce disque est sur tous les tops de fin d’année. Personnellement, ça ne me vient pas me chercher. Aucune idée pourquoi. Ça a tout pour me plaire pourtant.

Ghost Brigade - IV: One with the storm. Doom/death mélodique qui pèse sur les bons boutons. C’est la première fois qu’un disque de ce groupe m’accroche.

Katatonia - Last fair day gone night. Version live de l’intégrale de Last fair deal gone done. L’excellence de l’album avec la lourdeur du live. Je l’ai écouté sans arrêt pendant presque deux mois.

Gridlink - Longhena. Grindcore inspiré par la science-fiction plutôt que par le gore. Certains passages m’ont fait penser à Supervillain Outcast de DHG. Élément unique, l’illustration du disque a affecté ma perception de la musique.

Triptykon - Melana Chasmata. Encore une fois, ce disque apparaît sur tous les tops de l’année et moi je n’ai pas accroché pantoute.

Vampillia - My beautiful twister nightmare. Un album étrange qui vaut la peine d’être découvert par les amateurs de post-métal à l'esprit ouvert.

Myrkur - Myrkur. J’ai beaucoup aimé ce black métal planant.

Hail Spirit Noir - Oi Magoi. Digne successeur de Pneuma. Métal occulte psychédélique savoureux!

Soltafir - Otta. Réussi magistralement là où Anathema a échoué. Une musique riche en émotions.

Wold - Postsocial. Vraiment, mais vraiment impossible à écouter.  Je suis attiré par ce disque, mais je ne le supporte pas plus que dix minutes.

Lethian Dreams - Red Silence Lodge. Métal gothique avec vocal féminin. Très bien fait, avec une superbe ambiance. Peut-être le meilleur disque de ce genre de 2014, dans une récolte plutôt maigre.

Restless oblivion - Sands of time. Excellent funeral doom.

The great old ones - Tekeli-Li. Album concept inspiré par Les Montagnes Hallucinées de Lovecraft. Excellent doom français.

Devilment - The great and secret show. Projet de Dani Filth de Cradle of filth. Rien de transcendant, mais c’est du black métal gothique plutôt sympathique. Ça m'énerve que Filth utilise encore les mythologies de Clive Barker sans mentionner l'auteur nulle part.

Lachrimatory - Transient. Gothic/doom à la hauteur des grands du genre comme My Dying Bride.

The 69 Cats - Transylvanian tapes. Version rock and roll des classiques de la musique goth, ou comment faire écouter du goth à votre belle-mère.

Kuolemanlaakso - Tulijoutsen. Doom/death dans le style de Swallow the sun et Barren Earth. Ah c’est vrai, c’est le même chanteur! Tout l’album est en finnois.

Take over and destroy - Vacant face. Trash-death-black. Sympa et dynamique. Une voix qui rappelle les grognements de Fernando de Moonspell, sans l’aspect gothique.

Septic Flesh - Titan. Rares sont les groupes qui maîtrisent aussi bien l'intégration du death métal avec un orchestre symphonique. Un excellent album.

Si vous l'avez manqué, vous trouverez mon top 3 de 2014 ici.