L'horreur et le voyage


Notre séjour de camping dans le parc de la Yamaska incluait une visite au zoo de Granby avec la plus grande fan du Cthulhu rose, des voyages en brouette jusqu'à notre site au camping piétonnier, des heures de plaisir à débarbouiller un bébé plein de sable, la visite nocturne d'une moufette prépubère, une baignade sur la plage du camping et une longue randonnée à bicyclette autour du bassin Choinière. C'est pendant cette balade à vélo que je me suis mis à songer à l'horreur...

Alors que le paysage défilait, mon esprit s'est tourné vers l'étrange et tous les éléments incongrus du paysage me faisaient songer à de nouvelles (ou à de vieilles) épouvantes. Les souches déracinées devenaient des repaires de monstres sans noms. Les cabanes en forêt, la cible de prédilection de slashers. Dans un lieu inconnu, tout est mystère, de tout pourrait surgir l'horreur.

Quand je suis chez moi, je ne pense pas à ces choses là. Bien sur, je peux m'imaginer des horreurs... Et si j'étais cloîtré dans ma maison pendant une épidémie de zombies ? Et si un étranger sadique entrait dans notre maison seulement pour le plaisir de nous faire souffrir ? Mais, à bien y réfléchir, je n'imagine ces scénarios que dans des circonstances particulières : la nuit, alors que tout est noir et qu'une inquiétude irrationnelle s'empare de mon esprit.

Ainsi, pour un épouvanteur, la beauté des voyages c'est l'inconnu qui nous inspire à tout moment. Dans de telles circonstances, tout détail du paysage, tout indigène loufoque, tout touriste égaré, toute cabane délabrée, toute voiture arrêté au bord de la route peuvent donner des idées horrifiantes. Pour moi, ces idées sont plus un divertissement ponctuel, car la plupart des intrigues générées par ces découvertes sont cliché, déjà vu et peu intéressantes. Pourtant, certains de ces éléments, déformés par des souvenirs sélectifs, pourraient sans même que j'y réfléchisse réapparaître dans une histoire et lui donner une goutte d'étrangeté, une touche d'authenticité.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire