La légende de McNeil, de Jonathan Reynolds (livrel)

Avant et maintenant. Le passé et le présent. Le moment terrifiant où une bande de jeunes rencontrent une terrible créature et les conséquences de cette rencontre, qui ne se font sentir que des années plus tard.

Sur un fond d'histoire d'amour que seuls des jeunes de 18 ans pouvaient vivre, Reynolds raconte une horreur classique à la conclusion surprenante. La légende de McNeil, publié aux Six Brumes, se lit aisément, et avec un plaisir certain. Reynolds a un style simple et efficace. Les personnages sont réminiscents des autres oeuvres de Reynolds, en particulier de Nocturne, ce qui ne dépayse pas le lecteur. Par contre, certains dialogues sont un peu trop brefs et directs, ce qui ne m'a pas toujours semblé réaliste vu l'importance de certaines discussions. Entre autres, une révélation faite par un des personnages m'a semblé maladroite, car elle me semblait sortie de nulle part.

Même si les dernières pages du livrel étaient sanglantes à souhait, ce lecteur-ci, étant amouraché d'une horreur plus extrême, aurait aimé que l'auteur aille plus loin et qu'il ajoute une couche supplémentaire de sang... et de liquide séminal. Notez qu'il n'y a pas de faute, c'est seulement mon appétit personnel.

Pour ce qui est du livrel en tant que tel, c'est un PDF très joliment mit en page, comme la version papier, si je me base sur les Nova que j'ai eu entre les mains. Je serais curieux de voir comment le livrel s'affiche sur les différents lec-tueurs de livres électroniques. Quelqu'un l'a essayé? De mon côté, j'ai lu la deuxième moitié de ce livrel avec le logiciel Adobe Digital Editions, qui note automatiquement la page à laquelle on est rendu. Très pratique pour lecture sur PC.

Disponible en format électronique pour seulement 3$, c'est un investissement qu'on ne regrette pas. Achetez la version livrel sur le site Web des Six Brumes.

Anectode: Pendant ma lecture, je ne pouvais m'empêche de chanter les premières lignes de la chanson Nagual du défunt groupe métal Suisse, Trom.

C'est le chien noir de la montagne
qui va hurlant dans la campagne
le nez soufflant, les yeux en feu
et la langue aboyant ADIEU


Les paroles complètes sont ici, de même qu'un extrait en format wav.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire