Face de cochon, face de singe

Hier, on a fait garder la plus grande fan du Cthulhu rose pour aller voir Beast au Festival d'été de Québec. Ils ont donné un excellent show. C'est plus lourd live que sur l'album, alors c'était encore meilleur. Après, c'était Les Claypool.

Qui cé qu'cé ça ? C'est le bassiste de Primus.

Je suis curieux et je convaincs les gens qui m'accompagnent de rester, histoire de le découvrir. Je ne leur en dit pas trop, histoire de ne pas les terrifier.

De mon côté, je n'ai jamais été fan de Primus; trop joyeux à mon goût. Mais quand même, la musique bizarre et avant-garde, j'adore. Unexpect, Sleepytime Gorilla Museum, Pin Up Went Down, Carnival in Coal et autres, c'est dans ma playlist de tous les jours. J'ai été servi. Le groupe comprenait un bassiste (Claypool), un drummer, un violoncelliste et un xylophoniste/percussionniste. Ça donne des sons hors du communs et un beat plutôt inclassable. Une performance enlevante et sans failles. Je n'avais jamais vu un solo de xylophone qui rentrait au poste. Certaines séquences utilisaient deux drums; c'était intense.

Même mes compagnons, qui n'écoutent pas nécessairement ce genre de musique (sauf un barbu amateur de progressif), ont adoré. Je ne sais pas sur disque, mais en spectacle ça vaut le déplacement.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire