Un automne écarlate, de François Lévesque

Ce roman est littéralement un voyage dans le passé. Comme j'avais approximativement le même âge que le personnage principal dans les années où se roman à lieu, les références culturelles m'ont particulièrement touché. Les films mentionnés dans le livre ont bercé mon enfance pendant les festivals de films d'horreur de TQS (Est-ce que ça s'appelait TQS dans ce temps là ? Ou était-ce à TVA ? Ou à télé-métropole !?). Vampire, vous avez dit vampire est possiblement un des films que j'ai vu le plus souvent (avec Commando, Le dernier des Ninja et Rambo) quand j'avais entre 8 et 12 ans. Alors ce roman, Un automne écarlate, m'a rappelé de bons souvenirs.

Mais ce ne sont pas que de bons souvenirs qu'évoque se roman. En fait c'est un roman très noir qui raconte l'histoire d'un garçon de huit ans, Francis, qui vit des moments très difficiles avec sa mère mono parentale, une méchante Sophie qui lui fait la vie dure à l'école et les meurtres affreux, les uns après les autres, de plusieurs de ses camarades. Au moins, pour se consoler, Françis a toujours ses films d'horreur. C'est quand sa mère tombe amoureuse de leur nouveau voisin que Francis se persuade que ce dernier est un vampire, et qu'il est responsable de tous les meurtres. Le visionnement de Vampire, vous avez dit vampire ? ne fait que confirmer ses soupçons.

Le roman est écrit à la troisième personne du point de vue de Francis et je n'ai observé aucune faille dans les réflexions du jeune garçon qui laissaient croire que le roman était écrit par un adulte, ce qui est une force de ce roman. La conclusion du roman est dérangeante et accomplit beaucoup sur le plan émotionnel. Sans donner trop de détails, la référence au Loup-garou de Londre dans la conclusion était réussie, quoi qu'un peu naïve. Même si, à mon avis, il manquait quelques indices pour mieux justifier la conclusion, le fait que le roman soit écrit du point de vue de Francis permet une telle la approche.

Un automne écarlate est, à mon avis, une réussite sur tous les plans, que ce soit pour faire revivre l'enfance d'un trippeux d'horreur dans les années 80 ou pour faire ressentir au lecteur des émotions désagréables (dans un sens positif pour un roman que je qualifierais d'horreur psychologique). Je crois qu'une suite à ce roman est prévue. J'ai beaucoup d'espoir que plusieurs romans d'horreur psychologique suivront Un automne écarlate. J'ai très hâte de voir ce qui adviendra du petit Francis.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire