Les livres de 2012

Une chose est certaine, je n'ai pas passé l'année 2012 à bloguer. Je remarque même, en rédigeant ce compte-rendu, que j'ai peu lu. Mon temps de lecture, je l'ai en partie passé à travailler pour La Maison des viscères, à réviser mes propres textes ou à travailler, point. Voici donc une rétrospective de mes lectures de l'année.

Les visages de l'humanité, Jean-Jacques Pelletier
Une belle intrigue à la Pelletier, qui reprend les personnages de Victor Prose et de l'ex-inspecteur Théberge. Un bon roman d'intrigue, même si les policiers stupides qui s'acharnent sur les protagonistes m'ont fait décrocher à plusieurs reprises. J'ai été assez impressionné de voir à quel point le roman est ancré dans l'actualité récente.

Regarde-moi, Natasha Beaulieu
L'une de mes belles lectures de l'année. Un excellent roman érotique qui prend tout son sens grâce à ses personnages vivants et humains, malgré leurs déviances respectives. Très recommandé.

Les têtes volantes, Jonathan Reynolds
Une heure de plaisir à lire ce roman d'horreur jeunesse à l'intrigue surprenante. Reynolds m'a bien eu avec ce livre! Recommandé pour tous les jeunes amateurs d'horreur.

Le Tueur des rails, Sylvain Johnson
Malgré une histoire intéressante et un angle nouveau, ce livre est un peu tombé à plat pour moi à cause du style. Tout était raconté de manière passive et je n'ai pas réussi à embarquer dans l'histoire.

Le Chasseur, Geneviève Blouin
Une bonne histoire de MMA sur un fond de mythologie. Comme toujours, Blouin propose une lecture prenante.

Torture, luxure et lecture (Malphas, #2), Patrick Senécal
Le premier Malphas m'avait diverti, mais sans plus. Je trouvais que Senécal n'allait pas assez loin dans l'horreur et le mauvais gout, et que ses personnages restaient superficiels. Pour ce deuxième tome, les personnages gagnent en profondeur et l'intrigue se fait plus touffue. Et le dernier tiers du roman est complètement malade. Du Senécal comme on l'aime.

NightWhere, John Everson
Mon livre de l'année. Un fantastique roman d'horreur érotique qui va jusqu'au bout de ses personnages, de l'érotisme et de l'horreur. Rae découvre une vraie passion pour la douleur et la souffrance au club échangiste Nightwhere. Mark craint d'y perdre sa femme. Il fera tout ce qu'il peut pour empêcher Rae de se perdre dans ce monde ténébreux et extrême. À côté de Nightwhere, Hell.com est une balade à la campagne.

Les couloirs de l'éternité (Clowns-vengeurs, #4), Jonathan Reynolds
Une approche différente, plus introspective, des clowns vengeurs, racontée par la voix unique de Reynolds. Par contre, le livre aurait mérité d'être resserré par une bonne direction littéraire.

Les verrats, Edouard H. Bond
Du trash et du mauvais gout à la Bond, mais avec des personnages profonds, riches et pleins de contradictions, comme nous tous. Un excellent roman qui réussi à nous faire s'inquiéter des p'tits cons qu'il met en scène. Le seul défaut du livre : il est trop court.

The Haunted, Bentley Little
Une histoire de maison hantée qui sort tout de suite les gros canons. J'ai beaucoup aimé la psychologie des personnages, mais certaines ficelles ne sont pas correctement tirées.

Attraper un dindon sauvage au lasso, Michel Vézina
Un point de vue de l'intérieur sur le parcours atypique de l'auteur/éditeur/artiste de cirque Vézina. Une lecture fascinante.

La volonté d'Odi (Clowns vengeurs, #3), Mathieu Fortin
Pas désagréable, mais un peu froid.

L'initié (Clowns vengeurs, #5), Pierre H. Charron
Mon clown vengeur préféré. J'ai adoré les aspects politiques du début du roman. Par contre, la fin orientée sur l'action était un peu précipitée à mon goût.

Transtaïga (Les villages assoupis, #1), Ariane Gélinas
Encore un excellent texte de Gélinas. Une ambiance occulte comme peu d'auteurs savent faire.

Starship Troopers, Robert A. Heinlein
Pas publié cette année (lol), mais un excellent roman de SF militaire que je recommande chaudement.

Une mort comme rivière, François Lévesque
Déjà commenté ici. Une bonne conclusion à la trilogie.

After the Fade, Ronald Malfi
Divertissant, mais ne laisse aucun souvenir notable.

Thirty Miles South Of Dry County, Kealan Patrick Burke
Ça m'a pris un peu de temps pour m'habituer au style, mais après j'ai adoré cette histoire.

The Underdwelling, Tim Curran
Excellente novella. Peut-être encore meilleure que le thriller sous-terrain The descent (le livre de Jeff Long, pas le film). La fin est un peu abrupte par contre.

The Men Upstairs, Tim Waggonner
Une histoire d'amour étrange flirtant avec le bizarro.

The Passage, Justin Cronin
Une belle grosse brique que je n'ai pas encore terminée. Des personnages riches et un style littéraire agréable. De la bonne fiction apocalyptique.

À venir, mes commentaires sur la musique et les comics de 2012.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire