Contre Dieu, de Patrick Sénécal

Que ferais-tu si ta femme et tes deux enfants mouraient dans un accident de la route? Te résignerais-tu à leur sort, en t'apitoyant sur le tien? Ou chercherais-tu à te venger du coupable, de celui qui a créé cette vie dénuée de sens?

Avec Contre Dieu, Patrick Sénécal s'attaque à cette question. Ce n'est pas la première fois qu'il présente des personnages en quête de vengeance (Les sept jours du Talion) ou en quête de sens (Le vide et Hell.com), mais c'est la première fois qu'il réussit à me plaire sans bémol avec ce genre d'histoire. Contrairement à Hell.com, qui se terminait sur une note moraliste, pas d'espoir dans Contre Dieu. Seulement la noirceur de la descente aux Enfers d'une âme perdue. Du début à la fin, on vit les émotions sombres au même rythme que le protagoniste et Sénécal nous mène d'une main de maître au coeur de sa débâcle. Pas de faille dans l'intrigue, sauf peut-être un léger cliché (pardonnable), vers la fin. Une fois le livre terminé, je l'ai déposé et j'ai fait une pause avant de passer à autre chose. Il y a beaucoup d'émotion dans ce livre. Beaucoup de matière à réflexion aussi.

Contre Dieu est un roman viscéral écrit à la deuxième personne, au temps présent, sans ponctuation autre que des virgules. Si ce n'était de quelques dialogues, toujours une seule intervention à la fois et toujours parfaitement exécutés, le livre aurait été constitué d'un bloc de texte sans aucune délimitation de paragraphe ou de phrase. Ainsi, Sénécal interpelle le lecteur comme si c'était lui qui vivait ce drame existentialiste, ne lui laissant aucun répit, aucun rayon de lumière. Une réussite technique autant que littéraire.

Sénécal a enfin gagné son pari. Après de nombreuses tentatives, il réussit à montrer un portrait crédible de la désillusion humaine. Paradoxalement, c'est en peignant son portrait le plus noir qu'il arrive à nous faire voir la lumière. La noirceur d'âme du protagoniste souligne l'espoir des autres personnages, donnant au roman une touche lumineuse que la fin moraliste de Hell.com n'était pas arrivée à atteindre. Une lecture intense que je recommande sans hésitation.

La trame sonore... J'ai lu Contre Dieu en écoutant le nouvel album de These are They, Disposing of Betrayers, un death métal sans concession. J'ai trouvé sublime le mariage des deux oeuvres, vu leur thème sombre et leur approche sonore/littéraire intense. These are They est un projet du chanteur de Novembers Doom, un de mes groupes doom métal favori.

9 commentaires:

  1. Ce week-end, je cours me le chercher sans faute. Et cette narration à la deuxième personne.Elle m'intrigue pas mal..

    RépondreSupprimer
  2. À date, les critiques sont positives. Je suis content d'avoir retrouvé le Senécal que j'aimais, celui avec Le vide et Hell.com.

    Bonne critique, tu as bien rendu l'esprit du livre et avec moins de fautes que moi! Faudrait peut-être que je pense d'arrêter d'écrire mes billets vers 5h du matin, je ne suis pas encore réveillé!

    RépondreSupprimer
  3. @Benoit, Je te lis à 5:00am et moi aussi je suis pas trop réveillé...alors ;)

    RépondreSupprimer
  4. @Benoit Merci! Pour ton problème d'écriture à 5h du mat, investi dans Antidote ;-)

    RépondreSupprimer
  5. J'ai lu et j'ai été très déçu.J'ai trouvé ce roman complètement débile et irréaliste.

    RépondreSupprimer
  6. j'ai bien aimer le roman différent de ses autre livre . Nous avons l'impression d'etre le personnage . plus petit que les autre mais je n'ai pas pu decrocher je l'ai lue en une soirer car je me suis coucher a 4h00am pour le termier trop intriguer par se qui allait se passer sur chaque pages ! Différent mais tou aussi noir que les autre ! J'ai bien aimer , j'ai tres ate de voir le prochain qu'il sortiras ;)

    RépondreSupprimer
  7. petit message pour commentaire de la personne
    du 21 novembre !!!
    oui tous le monde a le droit a son opignon
    mes je crois que na pas compris,
    l'univers de SÉNECAL et que tu nés tout simplement pas digne de lire cet auteur !!!

    RépondreSupprimer
  8. Bonjour chers amis anonymes. Merci pour vos commentaires. Ça me fait plaisir de vous permettre d'exprimer votre avis sur un roman qui pourrait aisément soulever une belle controverse. L'horreur en général et, en particulier, celui à la sauce Sénécal est assez polarisateur des opinions, ce qui peut entraîner un amour ou un haine profonde de l'auteur ou de certains de ses livres. De plus, vu le style singulier de Contre Dieu, il ne peut pas plaire à tous. Ainsi, j'aimerais que vos commentaires concernent l'oeuvre discutée plutôt que les individus qui la discutent.

    Aussi, c'est toujours bien de signer les commentaires (si ce n'est que d'un prénom ou d'un pseudonyme à la fin du message). Ça facilite les discussions.

    Concernant le prochain livre de Sénécal, à ce que j'ai compris, ce sera plus léger et assez trash.

    Au plaisir de discuter avec vous, amis anonymes!

    RépondreSupprimer
  9. Super le dernier de Sénécal, très audacieux et un peu troublant, étant moi-même père de famille. Je l'ai lu d'un coup, c'est très difficile d'en faire autrement.

    RépondreSupprimer